Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tendinite

Aller en bas 
AuteurMessage
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Tendinite   Lun 28 Juil - 9:35

L'inflammation du tendon est souvent la conséquence d'un surmenage. Les sportifs connaissent d'ailleurs bien cette douleur. Précautions à prendre pour prévenir la tendinite.

Les tendons sont des tissus fibreux qui relient le muscle à l'os. Ils transmettent la force du muscle jusqu'au squelette et permettent ainsi à notre corps de se mouvoir. Mais à trop les solliciter, il arrive parfois que ces tendons s'enflamment. La tendinite se loge le plus souvent au niveau de l'épaule, du genou, du coude ou du poignet. Si vous avez un travail ou si vous pratiquez un sport qui exige certains mouvements répétitifs, ayez les bons réflexes !


Dernière édition par Vil Coyote le Lun 28 Juil - 10:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Je m'échauffe et je m'hydrate bien   Lun 28 Juil - 9:37

Un tendon a beau être résistant et élastique, il faut quand même en prendre soin. Il est donc très conseillé de bien vous échauffer avant de commencer votre séance de sport. Les nageurs ont plus tendance à souffrir de l'épaule, les tennismen du coude et les coureurs du pied. Vous adapterez donc vos étirements en conséquence. A répéter pendant et après l'effort... N'oubliez pas non plus de boire beaucoup d'eau. Mais pas directement apres l' effort car si les étirements sont mal faits c' est là que l' on subit les dépots d' amoniaque dans les muscles : les courbatures le lendemain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: J'achète le bon équipement   Lun 28 Juil - 9:37

Un coureur à pied mal chaussé a plus de risques de développer une tendinite d'Achille (du tendon d'Achille) que s'il a de bonnes baskets. Si vous souffrez du genou, vous devez aussi faire attention à porter des chaussures en bon état dans lesquelles vous êtes à l'aise. Mais attention aux paires toutes neuves. Il faut leur laisser le temps de se faire.
Le choix de la raquette n'est pas non plus à négliger pour les joueurs de tennis, souvent sujets à ce que l'on nomme le "tennis elbow", c'est-à-dire une inflammation de la partie externe du coude. Demandez conseil à un "pro" qui enseigne ce sport pour savoir si la vôtre est à la bonne taille, pas trop lourde et avec le bon cordage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: J'apprends la bonne technique !   Lun 28 Juil - 9:38

C'est important d'avoir le bon matériel mais il est aussi recommandé d'avoir la bonne technique. Vous pouvez demander conseil à un professeur de sport ou consulter un médecin du sport. Ces derniers sauront corriger vos mouvements si besoin. Au travail, vous avez peut-être aussi pris de mauvaises habitudes. Or à certains postes – un ouvrier qui répète les mêmes gestes, une secrétaire qui se sert de sa souris d'ordinateur 8h par jour – les tendinites sont fréquentes. Vous avez alors la possibilité de vous tourner vers un médecin du travail, un kinésithérapeute ou un ergonome. Ces derniers vous conseilleront sur les postures à adopter pour éviter ce genre de douleurs. Pensez aussi à vous arrêter régulièrement dans la journée pour vous étirer et soulager un peu vos tendons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Je me muscle   Lun 28 Juil - 9:38

Renforcer les muscles de l'articulation touchée peut vous aider à prévenir les tendinites. Allez-y avec des poids légers au début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Je me soigne sans tarder   Lun 28 Juil - 9:38

Une tendinite prise en charge tôt se soignera plus rapidement. Ne laissez donc pas traîner les choses d'autant que si l'inflammation est mal soignée, les tendons peuvent souffrir de microlésions et les tendinites devenir chroniques. On parle alors de tendinopathie. Il peut même se produire à terme une rupture du tendon qui requiert cette fois une intervention chirurgicale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Qu’est qu’une tendinite ?   Lun 28 Juil - 9:40

Le tendon est une structure anatomique qui relie un muscle à l’os. Chaque muscle a un ou des tendons à chaque extrémité. Il est formé de fibres solides, un peu comme une corde, qui sont parfois le siège d’une inflammation, c’est la tendinite. Elle est due à un mouvement répétitif, parfois dans une mauvaise position, ou un effort soutenu, ou encore des vibrations mécaniques.

Certains tendons sont entourés d’une gaine synoviale (la gaine synoviale permet d’éviter le frottement du tendon sur un os par exemple) ; l’inflammation de ces structures s’appellera teno-synovite. L’inflammation chronique entraîne l’apparition d’une fibrose qui est un moyen de cicatrisation. La fibrose entraînera un épaississement du tendon, l’empêchera d’être totalement fonctionnel, les douleurs deviendront chroniques, le mouvement ne sera plus optimal, la guérison risquera d’être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Une douleur révélatrice   Lun 28 Juil - 9:41

Elle entraîne une douleur du tendon concerné au mouvement ou à la pression ; elle peut être assez invalidante, apparaître au moindre changement de position. Le médecin retrouvera cette douleur à la palpation, là où ça doit faire mal. La région peut être rouge et gonflée.

Des radiographies ne montreraient aucun signe sauf si la tendinite est ancienne auquel cas on pourrait apercevoir des calcifications.

L’échographie peut être utile aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: La mise au repos du tendon comme traitement   Lun 28 Juil - 9:41

Le repos et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (autre que la cortisone) seront prescrits.

La guérison est longue, elle est d’autant plus longue que la tendinite a été ignorée.

La douleur est la sonnette d’alarme, il faut faire les mouvements en sorte d’éviter la douleur, s’il y a douleur c’est que le tendon est pris à parti dans le mouvement.

Les mouvements passifs ne sont en règle générale pas douloureux, le tendon n’étant pas sollicité de la même manière que dans un mouvement avec opposition.

Dès l’apparition d’une douleur à un mouvement répétitif, il vaut mieux le cesser, ou changer de position. Evidemment, certaines activités devront être proscrites le temps de la guérison.

Mais il faut savoir qu’a contrario un tendon qui ne bouge plus se raccourci ; la rétraction diminuera l’amplitude du mouvement ; il faut éviter d’en arriver là en pratiquant des mouvements passifs.

Le traitement chirurgical ne pourrait être qu’un traitement de dernier recours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Lun 28 Juil - 10:04

Les principales tendinites sont selon l'articulation touchée :

Coude : épicondylite et épitrochléite ;
Epaule : ténobursite ;
Hanche : ténobursite trochantérienne ;
Genou :
- bursite quadricipale : l'extension du genou est douloureuse ;
- ténobursite de la patte d'oie : la flexion du genou est douloureuse ;
Maladie de Pellegrini-Stieda ;
Tendinite achilléenne due au port de chaussures trop serrées.
Deux signes sont importants : il existe une douleur à la mobilisation et à la palpation de la région atteinte ainsi qu'une douleur lors de la mobilisation contrariée.

Le traitement nécessite le repos et l'utilisation locale de produits anti-inflammatoires et antalgiques : gel percutané Niflugel , l'éviction du geste responsable ou de la cause des microtraumatismes, la rééducation éventuelle, la physiothérapie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Troubles musculosquelettiques de l'épaule   Lun 28 Juil - 10:09

Le trouble musculosquelettique de l’épaule le plus fréquent est la tendinite de l’épaule. La présente fiche traite plus particulièrement de la tendinite de la coiffe des rotateurs, qui est de loin la tendinite qui affecte le plus souvent l’articulation de l’épaule. Les nageurs, les lanceurs au baseball, les menuisiers et les plâtriers sont des personnes plus à risque de souffrir de ce type de tendinite. Cela est attribuable au fait qu’ils sont appelés à lever fréquemment le bras en exerçant une force importante vers l’avant. Généralement, des moyens préventifs permettent d’y échapper.

L’articulation de l’épaule comprend, entre autres, quatre muscles qui constituent ce que l’on nomme la coiffe des rotateurs : le sous-scapulaire, le sus-épineux, le sous-épineux et le petit rond. C’est le plus souvent le tendon du sus-épineux qui est en cause dans la tendinite de l’épaule. Ce muscle relie l’humérus (os du haut du bras) à l’articulation de l’épaule.



Causes

La tendinite de la coiffe des rotateurs survient généralement lorsque le tendon est surutilisé à la suite de la répétition fréquente de mouvements faits de manière inadéquate. C’est pourquoi elle appartient à la catégorie des lésions attribuables au travail répétitif ou LATR.

Elle peut aussi être causée par une modification trop rapide du travail ou de l’activité physique sur une articulation mal préparée (manque de force ou d’endurance). Très souvent, on retrouve un déséquilibre musculaire entre les muscles qui « tirent » l’épaule vers l’avant, qui sont généralement forts, et les muscles à l’arrière, plus faibles. Ce déséquilibre amène l’épaule dans une position inadéquate et cause un stress supplémentaire sur les tendons, les rendant plus vulnérables à l’inflammation. Le déséquilibre est souvent accentué par une position de travail inadéquate.

Complications

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une affection grave en soi, on devrait la soigner rapidement au risque de créer une série de problèmes plus graves : bursite, capsulite rétractile, déchirure du tendon, etc. Dans certains cas, l’amplitude des mouvements du bras est réduite et les muscles de l’épaule s’atrophient progressivement faute d’être utilisés. L'inflammation s’installe alors dans les tissus voisins de l’articulation.

D’après la Dre Susan Labrecque, diplômée en médecine sportive, il ne faut surtout pas attendre d’être rendu à ce point avant de consulter, car plus la tendinite est traitée tôt, meilleurs sont les résultats. En outre, cela permet d’éviter de douloureuses complications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Tendinite de De Quervain   Lun 28 Juil - 10:11

Il s'agit d'une inflammation des tendons du pouce près de l'articulation du poignet.C'est le frottement et les micros traumatismes répétés au niveau de ces tendons maintenus dans une coulisse étroite qui créent une inflammation tendineuse.

Sur quel terrain survient cette tendinite?

Cette affection atteint le plus souvent la femme aux alentours de la cinquantaine. Les mouvements fréquents et répétés du pouce, et en particulier de la pince pouce-index comme il est classique de les constater chez les couturières, blanchisseuses, mécaniciens, secrétaires, représentent une cause favorisante de cette tendinite.L'apparition au décours d'une grossesse est également fréquente.

Les symptômes

C'est essentiellement une douleur au bord externe du poignet.Cette douleur est apparue le plus souvent progressivement en quelques semaines, mais parfois brutalement, elle gêne considérablement les mouvements du pouce.Cette douleur peut devenir très vive et très invalidante avec des irradiations douloureuses vers l'avant-bras.Il existe très fréquement un gonflement allongé engainant ces tendons au bord externe du poignet.La mobilisation du pouce vers l'annulaire avec une flexion palmaire et inclinaison cubitale du poignet met en tension ces tendons et réveille la douleur : c'est un test caractéristique de cette tendinite.


Les examens complémentaires

La radiographie standard du poignet est le plus souvent normale.
Une échographie peut confirmer l'inflammation tendineuse englobant les tendons court extenseur et long abducteur du pouce.


Quelle est l'évolution de cette tendinite ?

Il existe parfois des guérisons spontanées. Mais dans un certain nombre de cas après un délai de 6 à 18 mois la douleur devient permanente empêchant toute activité professionnelle.

Quel traitement ?

Le traitement est essentiellement médical car bien mené, il entraine une guérison dans 80% des cas. Il doit associer :
- une mise au repos du pouce (arrêt des circonstances favorisantes),
- des anti-inflammatoires par voie orale et locale,
- un appareillage de repos la nuit.
Pour les cas résistants, une ou deux infiltrations locales de CORTICOIDE peuvent être utiles.
La reprise du travail sera de toute façon aménagée et l'appareillage la nuit conservé 3 mois au total.
Le traitement chirurgical sera proposé dans les formes rebelles au traitement médical bien conduit ou lors des récidives douloureuses.


En quoi consiste l'intervention ?

L'intervention est pratiquée sous anesthésie du membre supérieur et ne nécessite pas d'hospitalisation.
L'incision cutanée au bord externe du poignet de 3 à 4 cm permet d'exposer et de traiter les lésions :
- les branches nerveuses sensitives du nerf radial responsables de la sensibilité de la face dorsale du pouce sont libérées et protégées.
- la coulisse ostéofibreuse qui est responsable de la compression des tendons est ouverte et l'inflammation synoviale enlevée. On vérifie que les tendons coulissent parfaitement.
Une attelle maintient le pouce au repos pour 21 jours.
La guérison définitive n'est obtenue qu'en 3 mois.
La reprise du travail doit être progressive et au mieux à un poste aménagé pour éviter une récidive qui est toujours possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: TENDINITE d’ACHILLE   Lun 28 Juil - 10:23

Le tendon d’Achille ou tendon calcanéen est le tendon terminal des muscles du mollet. C’est le plus volumineux et le plus puissant de l’organisme. Sa pathologie est très fréquente, et concerne aussi bien lesportif que le non sportif, révélée éventuellement par une modification du chaussage, en particulier à l’âge où les tendons commencent à perdre naturellement leurs propriétés élastiques.
Plusieurs formes existent, siégeant plus ou moins loin de l’insertion du tendon au talon, la forme la plus grave pouvant se traduire par la rupture.

Quelles sont les causes ?

Un certain nombre de morphologies différentes du pied favorisent la tendinite d’Achille, mais il faudra essayer surtout de comprendre les raisons de sa survenue. Il peut s’agir en effet d’étirements insuffisants lors de la pratique sportive, une en tension brutale d’une accélération subite du pas chez un non sportif en milieu urbain, un changement des habitudes de chaussage. L’exemple le plus fréquent est celui d’un homme peu sportif passant d’une chaussure citadine à petit talon aux chaussures plates dite « de bateau » en été, et venant consulter en septembre pour une tendinite d’Achille « inexpliquée ». Cela est lié à la mise en tension inhabituelle du tendon, pied à plat, car il est situé en arrière de la cheville. Une cause médicamenteuse doit être recherchée, en particulier l’atteinte liée à certains antibiotiques, de la famille des quinolones.

Quels sont les symptômes :

La douleur domine le tableau, elle peut se manifester le matin, dès le premier pas au sol ; en effet pendant la nuit les muscles se décontractés, et on dort « les pieds tombants », c’est à dire la cheville en flexion plantaire. Le tendon est alors en position de relâchement. Au réveil, à l’appui pieds nus, le pied est mis brutalement à angle droit, et le tendon alors en tension douloureuse. Au fur et à mesure que les muscles s’échauffent, la douleur peut diminuer, mais lors de l’évolution, elle peut devenir persistante et s’aggraver à la marche.


Le traitement :

Il est rarement chirurgical, après échec des moyens simples. Il s'agit d'une réparation en cas de rupture suivie d’un plâtre pendant 21 à 45 jours, puis une rééducation rigoureuse.
Dans l’immense majorité des cas le traitement n’est pas chirurgical.

En cas de douleurs rebelles, on peut réaliser un peignage, c'est à dire des incisions longitudinales sur le tendon dans le sens des fibres, pour obtenir une nouvelle cicatrisation.

Le traitement de la douleur à la phase aigue :
Il faut dans tous les cas placer le tendon en situation de décharge mécanique. C’est le point le plus important : la cheville doit être en flexion plantaire permanente, « pied pendant ». Dans le cas de douleurs très intenses, on peut utiliser une gouttière plâtrée amovible maintenant le pied dans cette position, sinon il suffit au patient de porter, et cela en permanence, des chaussures à talons, dès le matin au réveil.
On prescrit des antiinflammatoires en cachet, en gel. La rééducation à ce stade reste purement antalgique, mettant en œuvre la physiothérapie (ultrasons, électricité …)

Au bout de trois à six semaines :
Les douleurs se sont estompées, le traitement a pour but de prévenir les récidives et éviter la complication majeure qui est la rupture
On prescrit des semelles orthopédiques plus épaisses en arrière qu’en avant, pour détendre le tendon, élastique sous le talon pour diminuer les contraintes. La kinésithérapie est fondamentale : elle a pour but de restaurer les propriétés élastiques des tendons, en pratiquant des étirements, et surtout en apprenant au patient à les reproduire régulièrement, tous les jours si nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Les tendinites du genou   Lun 28 Juil - 10:28

Un peu de vocabulaire.

La souffrance des différents tendons du genou, peut s’exprimer de différentes manières. Il peut s’agir d’une atteinte de l’enveloppe du tendon et l’on parle alors de ténosynovite. Il peut s’agir d’une souffrance du tendon lui-même, que l’atteinte se situe au niveau de la jonction enter le tendon et l’os, ou en plein corps du tendon lui-même. On parle alors de tendinite. Le terme de tendinopathie englobe toutes les souffrances du tendon.


Anatomie

Le tendon est une formation anatomique, interposée entre le muscle et l’os. On définie différents segments :

le corps du tendon

la jonction muscle/tendon

la jonction os/tendon (jonction ostéo tendineuse).

Le tendon est riche en eau, environ 50 à 70% . Il est constitué de collagène de type 1 qui représente 75 % de son poids sec, d’élastine (2 %) et d’une substance fondamentale, contenant des glycoaminoglycanes et de cellules qui sont des fibroblastes. Le tendon n’est pas un simple moyen de transmission entre le muscle qui est capable de se contracter, et l’os. Il présente des propriétés visco-élastiques, qui lui permettent de résister à une traction et d’emmagasiner une certaine énergie pour la restituer lors du mouvement.

Un tendon est capable sans dommage de s’allonger d’environ 5 % de sa longueur. Au delà de cet allongement, des lésions irréversibles se produisent, qui vont aboutir à une rupture à 8 % d’allongement.

Pour isoler le tendon et lui permettre un glissement plus facile, il existe une structure péri tendineuse, une gaine synoviale. Il existe également des systèmes de glissement, répartis au niveau des zones où le frottement peut être élevé, qui s’appellent des bourses conjonctives. Le volume du tendon peut se développer en fonction de l’entraînement et ceci jusqu’à la fin de la croissance. Après, un entraînement régulier ne pourra développer ce tendon. De même, en vieillissant, les qualités élastiques et de résistance du tendon diminuent.

Modalités et survenue des tendinopathies

1/ Les tendinopathies de traction

Ce sont celles que l’on rencontre le plus fréquemment au niveau du genou.

Elles peuvent survenir de manière brutale, sur une impulsion, un mouvement puissant, ou, de manière progressive, sur des mouvements répétitifs : freinage, sauts… Le surmenage peut se produire de deux manières :

Soit il s’agit d’une activité sportive, dont la durée s’est largement majorée.

Soit d’une activité sportive dont l’intensité s’est majorée.

2/ Les tendinopathies par frottement ou compression

Des frottements ou des balayages répétés, débouchent le plus souvent sur une souffrance de l’enveloppe située autour du tendon (ténosynovite) ou de l’atteinte des structures de glissement (bursite). Le cas le plus typique est le syndrome de balayage du tenseur du fascia lata.

3/ Les tendinopathies par choc direct

Elles sont beaucoup plus rares, se rencontrent volontiers dans les sports de contact. Les lésions sont variables, suivant le type d’agent vulnérant.

On peut rencontrer des lésions péri tendineuses, intra tendineuses, au niveau du corps ou de l’insertion du tendon.

La pathologie du tendon est le plus souvent en rapport avec une rupture de quelques fibres tendineuses. Dés que cette lésion s’est produite, l’organisme met en marche des processus de cicatrisation. Pendant les trois premiers jours, les polynucléaires et des macrophages, infiltrent la zone lésionnelle. Il s’associe un œdème avec la formation de néo capillaire. A partir du 4ème jour, on assiste à un développement des fibres blastes qui permettent d’aboutir vers la fin de la 3ème semaine à un tissu de granulation. C’est à la fin du 1er mois que se produit la véritable cicatrisation par l’intermédiaire d’un cal tendineux. La régénération complète se situe à la fin du 3ème mois. Le processus de guérison n’est cependant pas acquis, car il persiste au niveau du tendon un déficit de résistance à la traction, qui peut atteindre 30 %. Il semble que la récupération complète nécessite une année. Pour certains, un déficit de 20 à 30 % peut persister. Parfois la cicatrisation est de moins bonne qualité et il persiste au sein du tendon des foyers de nécrose, des nodules fibro cicatriciels, des cavités kystiques, des calcifications.

La qualité de cicatrisation dépend de différents facteurs
Avec l’âge, les processus cicatriciels et de réparation deviennent moins performants.

Ce phénomène s’accélère tout particulièrement après 60 ans.

Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, la mise au repos complète d’un tendon qui présente une souffrance tendineuse, n’est pas forcément une bonne chose. Au contraire, une activité bien dosée et contrôlée améliore la qualité de la réparation tendineuse. A l’opposé, une reprise trop précoce des activités sur un tendon fragilisé, est alors très péjorative.



LA TENDINITE ROTULIENNE



C’est de loin la plus fréquente des tendinites du genou.

Anatomie

Le tendon rotulien est un épais ruban fibreux, extrêmement solide, qui s’étend de manière plus ou moins oblique, en bas et en dehors de la pointe de la rotule, à la tubérosité tibiale antérieure. Son épaisseur est en moyenne de 7 mm. Il est de forme un peu triangulaire, puisqu’il mesure 3 cm à sa partie supérieure et 2 ,5 cm à la partie inférieure.

Les tendinites rotuliennes sont le plus souvent des tendinites d’insertion au niveau de la pointe de la rotule. Elles se rencontrent volontiers dans les sports qui nécessitent des courses, des impulsions, des sauts. Parmi les sports on retrouve l’athlétisme (saut), le basket, le volley, le handball, le football, le ski.

La localisation au niveau de la pointe de la rotule est la plus fréquente, puis celle au niveau du corps du tendon et enfin, celle au niveau de l’insertion basse sur la tubérosité tibiale antérieure. Le début des troubles est habituellement progressif, dans quelques cas il est brutal.

Suivant l’intensité de la pathologie, on retrouve des douleurs au repos : position assise, conduite automobile, lors de la vie courante : montée des escaliers, descente des plans inclinés, efforts de flexion bi ou unipodal. Il peut s’agir d’une douleur de dérouillage où le sportif est gêné pendant les premières minutes et dés que l’échauffement s’est effectué, la douleur disparaît complètement pour ne réapparaître que lorsque le sport est arrêté ou lorsqu’il a été trop prolongé. Dans les cas les plus légers, la douleur ne se retrouve que lorsqu’il s’agit d’efforts d’intensité importante.

L’examen clinique doit être bilatéral et comparatif. A la palpation on retrouve une douleur à la pointe de la rotule, qu’il est parfois plus facile de mettre en évidence, en appuyant sur la base de la rotule, pour permettre à la pointe de se soulever et ainsi de mieux se dégager. Le genou lors de cet examen est en extension. C’est la palpation qui retrouvera la localisation exacte de la douleur. Pointe, corps, insertion au niveau du tibia.

Cette palpation peut retrouver un épaississement, une encoche, un véritable nodule…

Les tests cliniques sont utiles : mise en tension du tendon dans les différentes courses. Compte tenu de la puissance du muscle quadriceps, il set souvent préférable de mettre le sujet en charge, en appui sur une seule jambe et de lui demander de fléchir son genou, ce qui reproduit habituellement la douleur, qu’il est capable de localiser de manière tout à fait précise.

Les examens complémentaires comprennent de manière systématique des radiographies simples de bonne qualité, avec les trois clichés habituels.

Le cliché de profil est le plus intéressant, puisqu’il permet de visualiser la hauteur de rotule, un éventuel épaississement du tendon rotulien, si la définition de l’imagerie est suffisance, l’existence de calcifications, voir de véritables ostéomes, séquelles de maladie de croissance ou d’arrachement. On visualise en outre la hauteur de la rotule, par rapport au plateau tibial, , une dysplasie de trochlée.

L’échographie est un examen très performant qui permet de visualiser le nodule, l’épaississement, les bursites associées.

La résonance magnétique est un examen très performant, d’autant que l’on bénéficie à la fois de coupes sagittales et horizontales.


LA TENDINITE QUADRICIPITALE

Le tendon quadricipital est formé par la réunion des tendons des quatre portions du quadriceps et se répartissent en 3 plans de la superficie à la profondeur.

Cette tendinite se rencontre dans les sports qui font appel à des efforts dynamiques en charge, des impulsions brusques ou des blocages en flexion violente : haltérophilie, escrime, volley, basket, patinage. Les lésions se situent surtout au niveau du plan superficiel, du droit antérieur et du plan moyen externe, vaste externe.

Le geste déclenchant semble être surtout les contraintes de freinage brutal, imposées au quadriceps, lors de réceptions de sauts. Le mécanisme est sans doute un étirement violent et répété du tendon.

La douleur est d’apparition progressive, le plus souvent. Le début brutal se retrouve plus volontiers chez les sujets à forte corpulence ou lors de ports de charge importantes.

La localisation est antérieure, plus volontiers située sur la partie externe de la base de la rotule.

Comme pour le tendon rotulien, différentes intensités sont possibles.

L’examen clinique caractéristique retrouve une douleur provoquée à l’étirement passif. La douleur lors de la contraction isométrique est principalement retrouvée en charge, en station unipodale.

La palpation retrouve un point douloureux exquis, plus souvent repéré en faisant basculer la rotule. Le point est souvent médian et superficiel, juste sur le bord de la base de la rotule, voir un peu plus haut. Il peut déborder au niveau du surtout fibreux péri rotulien. La localisation externe, un peu au dessus de la base de la rotule est également fréquente. On ne retrouve habituellement pas de nodule, mais parfois un empâtement localisé. Exceptionnellement, une encoche traduit une rupture partielle.

Les examens complémentaires :

La radiographie standard de profil, recherche un épaississement du tendon et des calcifications qui sont extrêmement fréquentes. Elles sont habituellement en forme d’épine, parfois morcelées.

L’échographie n’est pas très facile car on se situe à proximité de la zone osseuse. On peut retrouver une zone hypo-échogène qui correspond à une rupture partielle, une bursite ou une zone cicatricielle.

L’IRM est utile, principalement en cas de doute, ou en pré chirurgical.




Dr. Jacques PARIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Les tendinites du genou (suite)   Lun 28 Juil - 10:30

LA RUPTURE DU TENDON ROTULIEN

C’est la plus fréquente des ruptures de l’appareil extenseur du genou. Elle survient rarement de manière initiale. Le mécanisme en est habituellement une prise d’appel avec contraction du quadriceps, genou en extension. Cette rupture du tendon rotulien survient habituellement dans un contexte de tendinite chronique, que le genou ait été opéré ou non.

Les infiltrations de corticoïdes semblent être un facteur favorisant de ces ruptures tendineuses.

L’examen clinique est habituellement facile et le diagnostic est vite posé. Le patient ressent une violente douleur au niveau de son genou, l’impulsion est stoppée, c’est la chute. L’impotence fonctionnelle secondaire est totale.

Si l’examen clinique est effectué dans les quelques heures qui suivent l’accident, on peut retrouver une dépression, traduisant l’encoche de la rupture. La rotule est située trop haute, le lever de jambe est impossible.

La radiographie confirme l’ascension de la rotule, rassure sur l’absence de fracture.

Parfois le diagnostic est plus difficile à poser, surtout s’il se situe dans un contexte d’entorse grave du genou.


LA RUPTURE DU TENDON QUADRICIPITAL

Elle est beaucoup plus rare que la rupture du tendon rotulien. Elle se retrouve plutôt dans des mécanismes de réception de sauts, de chute sur les genoux en flexion forcée.

La douleur est de siège sus rotulien, un peu au dessus de la base de la rotule. Si l’examen est précoce, on peut retrouver une encoche. L’impotence fonctionnelle est totale. On retrouve une hémarthrose systématique.

La radiographie montre une rotule un peu trop basse.

L’échographie peut être nécessaire pour confirmer la rupture si l’on se trouve à distance de l’accident.



LE TRAITEMENT MÉDICAL DES TENDINITES DU GENOU

Le repos

Le repos complet est rarement indiqué. En effet, il présente plus d’avantages que d’inconvénients. Il favorise une importante amyotrophie et ne semble pas diminuer le temps de récupération.

On lui préfère le repos relatif, que ce soit dans des cas aigus, la mise en décharge relative par une paire de cannes anglaises, l’utilisation de strapping ou de genouillère.

Les traitements médicamenteux

Les traitements anti-inflammatoires, non stéroïdiens, ont une action variable sur la tendinite rotulienne ou quadricipitale.

Ils sont sûrement indiqués en phase aiguë, par contre à la phase chronique, ils ont beaucoup moins d’intérêt. Il peuvent être utilisés soit sous forme de comprimés, soit sous forme de gel, ou de patch.

La mésothérapie semble moins efficace au niveau du tendon rotulien que du tendon d’Achille. On utilise des mélanges, habituellement associés à un anti inflammatoire, un vasodilatateur et un anesthésique.

Le nombre de séances est fonction des résultats.

Les infiltrations locales

Leur utilisation est très controversée. Leur nombre doit toujours être limitatif, il doit être effectué en péri tendineux et doivent s’accompagner d’un repos sportif complet dans les suites immédiates.

La kinésithérapie peut utiliser plusieurs techniques.
La physiothérapie utilise plusieurs techniques : ultrasons, courant antalgique, laser…

Le massage transversal profond est un massage très puissant appliqué comme son nom l’indique transversalement au tendon et ce de manière très appuyée. Dans le même esprit on peut utiliser des techniques de crochetage avec des instruments dont le but est de pouvoir effectuer un massage plus large et plus précis au niveau de la zone douloureuse.

Les appareils d’électrostimulation peuvent être utilisés à la fois comme appareils de drainage, mais également dans un but de renforcement musculaire.

En dehors du classique traitement d’étirement des plans postérieurs et surtout antérieurs, avec technique de contracté relâché, une technique originale a été développée par l’équipe de STANISH. Il s’agit d’un protocole en excentrique effectué en chaîne fermée.

Trois orientations existent dans ce traitement :

Augmenter la longueur et l’élasticité de l’unité muscle/tendon par des étirements.

Augmenter progressivement la charge pour faire progresser les limites de la résistance du tendon.

Travailler la vitesse de contraction et donc les amortissements pour augmenter les possibilités de résistance aux contraintes sur le tendon.

La première phase insiste sur le travail à orientation statique, c’est à dire à une musculation sans déplacement, que l’on effectue simplement de la façon suivante : le patient fléchit les genoux pieds à plats, haut du corps vertical en débutant par une flexion à 30°. Cette position est maintenue quinze à trente secondes et répétée trois à cinq fois. Chaque jour la flexion est augmentée pour obtenir en fin de compte 45 à 60°. Ces exercices seront les seuls à exécuter pendant la 1ère voire la seconde semaine, en fonction de l’importance des phénomènes douloureux. Si les douleurs semblent se majorer, il faudra alléger le programme et recommander au patient de se relever de cette position à la force des bras.

La seconde phase débute à la 3ème semaine. Elle est composée d’exercices orientation excentrique que l’on effectue de la façon suivante : Il s’agit d’exercices dynamiques de flexion entre 10° et 45°de flexion des genoux, comportant donc une descente puis « un relevé » du tronc en veillant à ne pas avoir un arrêt brutal et en essayant d’amortir le plus possible. Cet exercice est répété 3 fois par séries de 10. Il s’agira au début de flexions lentes puis de flexions intermédiaires et le 6ème et le 7ème jour de flexions rapides.

Toute séance de travail sera précédée d’exercices d’échauffement, de massage et surtout d’étirements de l’appareil extenseur du genou. Ces mêmes étirements seront répétés en fin de chaque exercice. Le glaçage du tendon douloureux sera systématique en fin d’exercice.

Le traitement s’étale sur 4 à 6 semaines, en fonction de l’importance de la tendinite. Les sports non traumatisants pour le tendon, (notamment natation et vélo en moulinant) seront réintroduits à la 2ème semaine, à condition d’être pratiqués après une séance d’échauffement et d’étirements et que le tendon soit glacé en fin d’activité.

En cas de douleur persistante et malgré un traitement médical bien conduit, on peut être amené à proposer un traitement chirurgical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rinkin
J'ai peur de rien ...
J'ai peur de rien ...
avatar

Nombre de messages : 997
Age : 42
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Lun 28 Juil - 12:26

Tu as oublié la tendinite du cervelet pour ces Dames ! smok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
belle onyx
Complètement déjantée mwa?!?
Complètement déjantée mwa?!?
avatar

Nombre de messages : 1816
Age : 69
Localisation : cote d'azur
Humeur : ONYX mon ange tu nous manque !!!!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: re:Tendinite   Lun 28 Juil - 14:50




OHHHHHHHH toi tu cherche des haché la


mdrrr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Mar 29 Juil - 8:55

pinng
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 41
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Mar 29 Juil - 10:10

Pas besoin vieux elles ne risquent pas la tendinite vu le peu que travail leur cervelet ! ;);)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Jeu 31 Juil - 7:55

ça va on vous dérange pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
belle onyx
Complètement déjantée mwa?!?
Complètement déjantée mwa?!?
avatar

Nombre de messages : 1816
Age : 69
Localisation : cote d'azur
Humeur : ONYX mon ange tu nous manque !!!!!
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Jeu 31 Juil - 16:05

Vil Coyote a écrit:
Pas besoin vieux elles ne risquent pas la tendinite vu le peu que travail leur cervelet ! ;);)


ca va pas non crazy2 il travaille plus que celui de rinkin et le tien czaqw
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Jeu 31 Juil - 21:02

celui de Rinkin pour sur et celui de Vil en ce moment c est vai il bosse meme pas! mdrrr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Rinkin
J'ai peur de rien ...
J'ai peur de rien ...
avatar

Nombre de messages : 997
Age : 42
Date d'inscription : 14/05/2008

MessageSujet: Re: Tendinite   Lun 4 Aoû - 13:21

aclamémoa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tendinite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tendinite
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tendinite
» tendinite
» 101 jours en photos
» Comment derouiller les os des genoux?
» argile verte=panacée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Au quotidien :: Santé-
Sauter vers: