Doumie

Au lieu d'un site, un forum pour partager...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Maladies longue durée: la fin du remboursement à 100% des médicaments envisagée

Aller en bas 
AuteurMessage
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Maladies longue durée: la fin du remboursement à 100% des médicaments envisagée   Mer 25 Juin - 0:15

grognon
AFP - Mardi 24 juin, 10h16

PARIS (AFP) - Le directeur de l'Assurance maladie Frédéric van Roekeghem juge nécessaire un nouveau plan de redressement de 3 milliards d'euros à partir de 2009, selon le quotidien Les Echos paru mardi, qui passerait notamment par une réduction du taux de prise en charge de certains médicaments des patients souffrant d'affections longue durée (ALD).

Certains d'entre eux ne seraient remboursés qu'à 35% au lieu de 100% actuellement. Huit millions de personnes sont atteintes en France d'une ALD.

Les prescriptions des professionnels de santé seraient également plus étroitement contrôlées et les tarifs réduits, selon les propositions de l'Assurance maladie.

Les décisions relèvent toutefois du gouvernement et du parlement, notamment à travers les lois de financement de la sécurité sociale. "Plus les mesures seront mises en oeuvre vite, plus le retour à l'équilibre sera conforté", déclare M. van Roekeghem aux Echos.

Il n'y aucune remise en cause du remboursement à 100% des affections longue durée" (ALD), a assuré mardi matin sur France Culture le ministre du Budget et des Comptes publics Eric Woerth.

Selon le quotidien, le plan permettrait de réduire le déficit de la branche maladie à 2,8 milliards d'euros en 2009, puis à 1,4 milliards en 2010 avant un retour à l'équilibre en 2011.

La Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) a annoncé mercredi dernier un déficit prévisionnel de 8,9 milliards d'euros pour 2008 pour l'ensemble de la "sécu" (maladie et retraites notamment), avec un déficit de l'Assurance maladie en léger recul à 4,1 milliards d'euros.

Le ministre du budget Eric Woerth a promis d'"amplifier l'effort de redressement" des comptes de la Sécurité sociale, avec un objectif d'équilibre pour 2011.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le directeur de l'assurance maladie propose "un effort supplémentaire"   Mer 25 Juin - 0:16

AFP - Mardi 24 juin, 15h37

PARIS (AFP) - Le directeur de l'assurance maladie Frédéric van Roekeghem propose "un effort supplémentaire" de plus de trois milliards d'euros pour réduire le déficit de la Sécu en 2009, comportant un peu plus de deux milliards d'économies, a-t-il déclaré mardi à l'AFP.

"C'est un plan qui comporte à la fois un effort sur les dépenses d'assurance maladie, mais en même temps un certain nombre de mesures de financement, principalement la reprise de dette qui a été annoncée par le ministre des Comptes publics qui allège nos frais financiers et puis une partie de (nouvelles) recettes à 700 millions d'euros", a précisé M. van Roekeghem.

Le ministre du Budget et des Comptes publics Eric Woerth a annoncé mi-juin la transformation en "dette sociale" de 30 milliards de déficits accumulés de l'assurance maladie, ce qui permettrait à cette dernière de cesser d'en payer les intérêts, estimés à 400 millions d'euros annuels.

Quant aux nouvelles recettes évoquées, "il n'appartient pas à l'assurance maladie de proposer la nature des ressources", a encore affirmé M. van Roekeghem.

"Les deux tiers environ du plan concernent la maîtrise des dépenses d'assurance maladie. Nous demandons d'abord un effort important (...) sur les tarifs de certains médicaments et certains produits de santé, à hauteur de 500 millions d'euros, ainsi que des mesures de diminution de tarifs dans les domaines de la radiologie et de la biologie médicale", a-t-il encore dit.

Dans un document révélé par La Tribune et Les Echos et dont l'AFP a obtenu une copie, M. van Roekeghem propose également de limiter la prise en charge des maladies chroniques à 100% aux pathologies "qui sont véritablement longues et coûteuses" et une réduction à 35% du remboursement par l'assurance maladie de certains médicaments, le reste étant "transféré aux organismes complémentaires" (mutuelles ou assurances privées).

Le directeur de l'assurance maladie propose encore une baisse de prix de certains médicaments génériques et une moindre prescription de médicaments plus récents et plus chers n'apportant pas forcément de bénéfice supplémentaire aux patients, ce qui permettrait de réduire de quelque 415 millions les dépenses.

Il propose enfin environ 165 millions d'économies sur les "soins ambulatoires", dont les prescriptions de transport ou d'arrêts maladies, ou 250 millions d'économies liées au "développement de la productivité" dans les hôpitaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Vers la fin du remboursement à 100% des médicaments pour les ALD ?   Mer 25 Juin - 0:17

Par Destination Santé Destination Sante - Mardi 24 juin, 12h20

Selon le quotidien Les Echos le Directeur de l'Assurance-maladie Frédéric van Roekeghem, se proposerait « de transférer aux organismes complémentaires le ticket modérateur des médicaments » destinés aux patients souffrant d'une affection de longue durée (ALD). Concrètement, certains traitements ne seraient plus remboursés… qu'à 35% au lieu de 100% actuellement.

Le ministre du Budget Eric Woerth, a vivement réagi à cette annonce, affirmant ce matin sur France Culture que « les ALD resteront remboursées à 100% ». Quoi qu'il en soit le pavé est bel et bien tombé dans la mare !

La proposition de l'ancien directeur de cabinet de Philippe Douste-Blazy, lorsqu'il était ministre de la Santé, fait littéralement bondir Arnaud Debroca, secrétaire général de la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (FNATH). Par ailleurs membre du Collectif inter associatif sur la santé (CISS), il se dit « surpris sur la forme, de découvrir cela dans la presse, alors que nous sommes membres du Conseil de la caisse nationale d'Assurance-maladie. Sur le fond on ne peut qu'être choqué par cette annonce faite sans concertation, sans discussion alors que sur les ALD, il y a de vraies questions. Nous aurions pu engager un débat un peu plus sereinement que sur cette proposition (…) radicale. »

Sans compter que le Directeur de l'Assurance-maladie semble vouloir aller vite. « Plus vite les mesures que nous préconisons seront mises en œuvre, plus le retour à l'équilibre sera conforté », a t-il confié à nos confrères des Echos. « Cela laisse peu de temps pour un véritable débat sur les ALD », s'alarme Arnaud Debroca. « Nous avons vraiment l'impression que beaucoup de choses vont peser sur les malades, et finalement assez peu sur les professionnels. »

Qui aura le dernier mot, du directeur de l'Assurance-maladie ou du ministre du Budget ? Nul doute que la réunion du Conseil de la caisse nationale demain, soit animée…

Source : Les Echos, 24 juin 2008 ; France Culture, 24 juin 2008 ; interview d'Arnaud Debroca, 24 juin 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Maladies longue durée: la fin du remboursement à 100% des médicaments envisagée   Mer 25 Juin - 0:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Roselyne Bachelot promet de préserver ne prise en charge "à 100%" des affection de longe durée   Mer 25 Juin - 0:18

AP - Mardi 24 juin, 15h38

PARIS - "Il faut préserver cette prise en charge à 100% des malades atteints d'une affection à longue durée", a promis mardi la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, sans préciser si les dépenses seront supportées par la "Sécu" ou par les mutuelles.

"Il faut garder un haut niveau de prise en charge solidaire", c'est à dire par l'Assurance-maladie et les assurances complémentaires, a assuré la ministre lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. "C'est ce que nous nous attachons à faire: il faut préserver cette prise en charge à 100% des malades atteints d'une affection à longue durée."

La ministre a aussi dit qu'elle allait "analyser avec l'ensemble des partenaires sociaux" les propositions de l'assurance-maladie visant à ne plus rembourser qu'à hauteur de 35% (au lieu de 100%) les médicaments traitant les affections longue durée (ALD). Le reste serait pris en charge par les mutuelles complémentaires.

Mme Bachelot ne s'est pas prononcée explicitement sur cette proposition.

Elle a toutefois insisté sur le déficit de l'Assurance-maladie, qui n'est "pas satisfaisant". "Quelle génération serions-nous si nous faisions payer nos soins par nos enfants et nos petits-enfants", a-t-elle interrogé pour expliquer la nécessité de nouvelles mesures d'économies.

Quant aux malades qui souffrent d'une affection à longue durée, "ça représente 15% de la population de notre pays et 60% des dépenses d'Assurance-maladie", a-t-elle précisé. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: L'assurance maladie propose des économies et suscite une tempête   Mer 25 Juin - 0:19

Par Daniel MARTINEZ AFP - il y a 2 heures 18 minutes

PARIS (AFP) - Le directeur de la Cnam (assurance maladie) a proposé mardi un plan d'économies pour réduire le déficit de la Sécurité sociale comportant une baisse de la prise en charge des affections de longue durée, qui a suscité une avalanche de critiques et de réactions indignées.


Face à un déficit attendu de 4,1 milliards d'euros pour quelque 150 milliards de recettes en 2008, Frédéric van Roekeghem a proposé "un effort supplémentaire" de plus de trois milliards en 2009, dont deux milliards d'économies.

Si le plan est loin de se limiter à elle, une proposition a cristallisé les mécontentements. Elle prévoit de baisser de 100% à 35% le remboursement par la sécurité sociale des médicaments "à vignette bleue" (dits "de confort") pour les malades en affection longue durée (ALD), le reste étant "transféré aux organismes complémentaires" (mutuelles ou assurances privées).

Ces malades atteints de pathologies lourdes comme le diabète ou le cancer sont 7,7 millions en France. Ils sont remboursés à 100% et M. van Roekeghem a aussi souhaité que la Sécu limite davantage l'accès à cette catégorie, attendant 250 millions d'économies au total sur ce secteur.

Le gouvernement doit trancher "vers le 15 juillet", a indiqué la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Son collègue du Budget Eric Woerth a rappelé qu'il n'y avait "aucune remise en cause du remboursement à 100% des affections longue durée" (ALD) mais sans se prononcer sur les médicaments "à vignette bleue" ou sur l'accès à la catégorie ALD.

Syndicats de salariés et de médecins libéraux, partis de gauche et associations de malades ou de handicapés ont très vivement réagi à ces propositions jugées "choquantes", "scandaleuses" ou "inacceptables".

La CFTC et le collectif d'usagers de la santé Ciss voient ainsi dans une baisse de la prise en charge des ALD une remise en cause du principe de "solidarité" qui régit la protection sociale en France.

La CFE-CGC dénonce une "étape supplémentaire du désengagement de l'Etat", menée "sans aucun débat".

Le PS dénonce "une logique de déremboursements massifs" et la CGT souligne qu'il est déjà "de plus en plus difficile de se soigner du fait de la multiplication des forfaits, des franchises et des dépassements d'honoraires médicaux".

Pour FO, "le coeur même de la Sécu est visé" par ces propositions qui, selon l'Unsa, vont "frapper les plus démunis" ne pouvant pas payer une mutuelle ou une assurance privée.

"On parle beaucoup de rogner sur les dépenses et on ne parle jamais des recettes. Or, tous les experts s'accordent pour dire que les dépenses de santé ont vocation à augmenter d'un point un point et demi au-dessus du PIB", a déclaré le président du principal syndicat de médecins libéraux (CSMF), Michel Chassang.

"Il y a peut-être des recettes à aller chercher ailleurs qu'en taxant exclusivement le travail. Aujourd'hui, il y a des gens qui vivent très bien par des revenus autres que ceux du travail", a déclaré le président de l'Association française des diabétiques (AFD), Gérard Raymond.

Même certains députés de la majorité, comme Jean-Christophe Lagarde (Nouveau Centre), et la Fédération française des sociétés d'assurance ont émis des critiques.

Au delà, M. van Roekeghem attend près d'un milliard d'euros d'économies sur les tarifs de certains médicaments, dont des génériques, ou produits de santé, et d'une diminution des tarifs de radiologie et biologie médicale, a-t-il dit à l'AFP.

Il entend aussi limiter les prescriptions de transport (ambulances) ou d'arrêts maladies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: La "Sécu" propose de limiter le remboursement des traitements ALD   Mer 25 Juin - 0:19

Par JeanMarie Godard AP - il y a 1 heure 23 minutes

PARIS - "Logique anti-sociale", "déclaration de guerre", "provocation": le directeur de l'Assurance-maladie Frédéric Van Roekeghem a provoqué mardi un tollé général des associations de malades, organisations de médecins, partis de gauche ou encore syndicats, en préconisant de ne plus rembourser qu'à hauteur de 35%, au lieu de 100%, certains médicaments pour les malades atteints d'une affection de longue durée (ALD).

Selon le directeur de l'Union nationale des caisses d'assurance-maladie (UNCAM), les mutuelles rembourseraient le reste, avec le risque d'une hausse des cotisations pour les assurés. Sa proposition concerne les médicaments à vignette bleue, dont le service médical n'a pas été reconnu comme majeur.

Marchant sur des oeufs, le gouvernement jure que les malades continueront à être pris en charge à 100%, sans fermer la porte à cette proposition. "C'est une proposition, elle mérite d'être étudiée", a jugé Roselyne Bachelot lors du 20h de France-2, annonçant une réponse sur les mesures proposées "vers le 15 juillet".

"Mon but, c'est de faire en sorte que les médicaments des personnes qui sont atteintes d'affections de longue durée, par un moyen ou par un autre, soient pris en charge à 100%", a assuré la ministre de la Santé, reconnaissant qu'"il y a des traitements d'accompagnements qui sont très utiles à ces malades".

La proposition consisterait à "transférer aux mutuelles à peu près pour 250 millions d'euros de ces médicaments", a expliqué Mme Bachelot. Mais il n'y a "aucune raison que les mutuelles augmentent puisqu'en même temps on baisse le prix des médicaments", a-t-elle estimé. Quant aux "8% des malades qui n'ont pas de mutuelle", ils "seraient pris en charge et accompagnés".

Dans un entretien dans "Les Echos" de mardi, M. Van Roekeghem propose également de revoir les conditions d'entrée dans le dispositif ALD permettant une prise en charge à 100%. Parmi les ALD figurent actuellement une liste d'une trentaine d'affections, comme le cancer, le diabète, les maladies de Parkinson ou d'Alzheimer, la sclérose en plaques ou l'hypertension artérielle, ainsi que d'autres maladies graves évolutives ou invalidantes.

Les réactions ne se sont pas faites attendre. Dans un communiqué diffusé mardi, MG-France, premier syndicat de médecins généralistes, "dénonce la provocation du directeur de l'Assurance-maladie". "A quoi sert-il de payer en impôts et cotisations la Sécurité sociale, si même les plus malades ne sont plus couverts?", interroge MG.

"En France, 7,4 millions d'assurés sociaux, dont l'âge moyen est de 61 ans, sont atteints d'une ALD", rappelle de son côté la Confédération médicale hospitalière (CMH), pour laquelle "les déclarations du directeur de l'UNCAM sonnent soit comme un tocsin soit comme une provocation". Pour la CMH, "il remet en cause le pacte de solidarité face à la maladie et clairement organise la privation de soins".

Plus mesuré, Michel Chassang, président de la CSMF (Confédération des syndicats médicaux français), a jugé la mesure envisagée sur les vignettes bleues "possible mais à une condition qu'elle soit accompagnée d'un plan social (...) pour s'assurer que tous les Français aient bien une couverture complémentaire qui prenne en charge ce différentiel". Sans cela, la mesure serait "très injuste", a-t-il jugé sur France-Info.

Du côté des associations de malades, Act Up parle de "déclaration de guerre" et estime que "la fin de la prise en charge à 100% des ALD confirmerait la mort de l'Assurance-maladie". Pour l'association de lutte contre le Sida, "Eric Woerth a beau démentir, nous ne sommes pas dupes: il s'agit bien là d'un ballon d'essai pour aller un cran plus loin dans le démantèlement des droits des malades".

"Le gouvernement s'attaque aux soins des personnes âgées et des malades gravement atteints", dénonce de son côté le Parti socialiste. Pour le PS, "cette annonce met en cause l'égalité devant la santé, la politique de santé publique, et va réduire encore le pouvoir d'achat des plus fragiles".

"Si ces annonces devaient se traduire en mesures concrètes", estime enfin la CGT, "elles auraient des conséquences assurément néfastes pour les malades atteints de pathologies lourdes", écrit le syndicat qui parle de "propositions (...) insupportables". AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Vil Coyote
ça bulle ...
ça bulle ...
avatar

Nombre de messages : 741
Age : 40
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Maladies longue durée: la fin du remboursement à 100% des médicaments envisagée   Mer 25 Juin - 11:50

J' ai vu ça ! Mais ça me parait impossible ! Tu en penses quoi toi Nounouch à part " grognon " ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Maladies longue durée: la fin du remboursement à 100% des médicaments envisagée   Mer 25 Juin - 13:12

Je pense que les mutuelles vont doubler alors que ce serait bien qu elle raquent un peu!Je pense que pour un diabétique ou un cancéreux balancer 700 euros par jour c est pas faisable,et qu une personne agée arrive déjà pas à sortir 150 euros pour sa mutuelle alors là..... je pense qu au lieu de payer le recollement des oreilles ou des soins à des fainénats feraient mieux d aider les victimes de ces memes affections qu ils dénigrent...bref je m arrete là..... rougi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Déficit de la sécu: la majorité ébranlée par le projet de déremboursement   Mer 25 Juin - 13:13

AFP - Mercredi 25 juin, 09h01

PARIS (AFP) - Plusieurs députés de la majorité se sont dressés contre l'hypothèse d'une baisse de la prise en charge des affections de longue durée (ALD), ne se montrant guère rassurés par l'intervention de la ministre de la Santé mardi à l'Assemblée.

La presse de ce mercredi estime pour sa part dans son ensemble que cette 'hypothèse est en fait un "ballon d'essai" lancé par le gouvernement pour voir jusqu'où il peut aller pour réduire le déficit de la Sécu,.

Lle porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a salué mercredi dans un communiqué "la clarification apportée ce soir par Roselyne Bachelot sur les affections de longue durée" (ALD) estimant que "la ministre de la Santé a rappelé avec force que la solidarité avec les plus fragiles resterait au coeur de notre système de santé".

Le directeur de la caisse d'assurance maladie a proposé le transfert aux mutuelles d'une partie du remboursement de certains médicaments pour juguler le déficit de la Sécu (4,1 milliards d'euros attendus en 2008).

Cette proposition est pour le Nouveau centre (NC, partenaire de l'UMP) "totalement inacceptable", a déclaré l'un de ses 22 députés Jean-Christophe Lagarde. "J'espère que le gouvernement ne la reprendra pas à son compte", a déclaré M. Lagarde. "Cela voudrait dire qu'une partie de ces gens-là ne se soignerait plus. C'est plus qu'une faute politique, c'est une faute morale grave que la France commettrait".

Interpellée à l'Assemblée nationale, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, s'est gardée de se prononcer, mais a qualifié d'"immoral" le déficit de la Sécu. Avant elle, le ministre du Budget Eric Woerth a rappelé qu'il n'y avait "aucune remise en cause du remboursement à 100% des affections longue durée" (ALD) sans se prononcer sur les médicaments "à vignette bleue" ou sur l'accès à la catégorie ALD.

Commentaire de M. Lagarde: "J'avais été rassuré par les propos d'Eric Woerth qui semblait préférer l'humain à la comptabilité. J'ai été plus inquiet par la réponse de Mme Bachelot qui ne savait pas quelle serait la décision".

"Si on fait des économies de ce type-là, cela devient relativement angoissant et j'y serais opposé", a déclaré de son côté le député UMP Bernard Debré, par ailleurs chirurgien.

"L'annonce est prématurée, très maladroite, j'espère que le gouvernement reviendra là-dessus en essayant de mettre fin à un certain nombre d'abus, mais en maintenant ce principe fondamental du remboursement intégral pour ceux qui souffrent des maladies les plus graves", a estimé le député villepiniste François Goulard (UMP).

Le député UMP Damien Meslot a aussi exprimé son "indignation" face à la proposition du directeur de la caisse d'assurance maladie: "je demande à (la ministre de la Santé) Mme Bachelot de remettre ce haut-fonctionnaire à la place qui est la sienne".

L'orateur PS sur les questions de santé, Jean-Marie Le Guen, a pour sa part évoqué la menace d'une "grave récession en matière de santé publique".

L'hypothèse d'une baisse de la prise en charge des affections de longue durée (ALD) est en fait un "ballon d'essai" lancé par le gouvernement pour voir jusqu'où il peut aller pour réduire le déficit de la Sécu, s'accordent à estimer les éditorialistes ce mardi.

"La naïveté n'est pas de mise. Ce n'est pas la première fois (...) que le gouvernement lance ou fait lancer des ballons sondes pour préparer le terrain", accuse L'Humanité sous la plume de Maurice Ulrich, qui n'hésite pas à évoquer la "duplicité" du gouvernement.

Daniel Ruiz (La Montagne) partage cet avis: le ministre du Budget Eric Woerth aura "bien du mal à convaincre que ces suggestions ne sont pas un ballon d'essai avant le plan qu'il a lui-même demandé pour contrôler les dérapages sociaux". "Ballon d'essai": l'expression est aussi celle choisie par Jean-Pierre Bel (La Nouvelle République du Centre-Ouest), Jacques Camus (La République du Centre) et Jean-Louis Gombeaud (Nice-Matin).

Au cas où cette réforme serait mise en oeuvre, "l'accès au soin deviendrait complètement inégalitaire. On se demande même si, à terme, il ne sera pas interdit d'être malade", s'inquiète Francis Lachat du Courrier Picard.

"Il y a urgence, on le sait bien (...) Mais est-ce une raison pour recourir à ce qui s'apparente d'emblée à la plus traumatisante des solutions?", demande Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré.

"En laissant les uns dénoncer une remise en cause du principe de solidarité, les autres la poursuite d'une logique de déremboursements massifs, le gouvernement se ménage une position médiane pour le jour proche - vers le 15 juillet - où il lui reviendra de trancher", estime pour sa part Philippe Waucampt dans les colonnes du Républicain lorrain.

"Après le précédent des franchises médicales du 1er janvier dernier, il va être difficile de persuader l'opinion que ce rapport ne prépare pas une nouvelle cure d'austérité", analyse Jacques Guyon dans La Charente Libre.

"On pourrait faire une pause et regarder les problèmes autrement (...) Avant de s'en prendre au "confort" des grands malades. C'est en effet une question de morale", écrit Michel Lépinay dans Paris-Normandie.

"On ne va quand même pas, pour guérir la Sécu, laisser mourir les grands malades", s'insurge également Jacques Camus dans La République du Centre.

"La vigueur de la protestation montre qu'on n'est pas prêt de vivre dans un pays où il sera de plus en plus difficile d'être pauvre et malade", tente de se rassurer Bernard Revel dans L'Indépendant du Midi.

Jean-Pierre Bel (La Nouvelle République du Centre-Ouest) est plus sceptique: "On va sans doute ranger pour l'été la provocation d'hier. Mais on en retrouvera une autre, à coup sûr, cet automne!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Affections de longue durée: les effets secondaires au centre du débat   Jeu 26 Juin - 6:40

Par Daniel MARTINEZ AFP - Mercredi 25 juin, 17h04

PARIS (AFP) - Le remboursement à 100% par l'assurance maladie de tous les soins liés à une affection de longue durée (ALD), au centre d'une polémique, permet une prise en charge globale des traitements, y compris de leurs effets secondaires, soulignent des médecins.


Le directeur de l'assurance maladie Frédéric van Roekeghem a proposé mardi un plan d'économies comportant une réduction à 35% du remboursement par l'assurance maladie de certains médicaments prescrits aux malades en ALD (cancer, diabète ou VIH, parmi d'autres), les 65% restants étant "transférés" aux mutuelles ou aux assurances privées.

Ces médicaments à "vignette bleue", déjà remboursés à 35% pour les assurés ne souffrant pas d'ALD, sont prescrits "pour des troubles ne présentant pas de caractère de gravité", selon l'assurance maladie. Ils revêtent cependant, estiment des médecins interrogés par l'AFP, une importance particulière pour les malades en ALD.

Pour François Aubart, chirurgien et président du syndicat de praticiens hospitaliers CMH, "ces patients ont forcément une fragilité particulière et vont donc avoir un certain nombre d'infections opportunistes, aggravées par leur fragilité, qui ne vont pas être gravissimes, mais qui vont nécessiter des soins".

"Alors que pour tout un chacun ce sont des affections qu'on pourrait qualifier de moyennes, chez eux il y a un risque accru en lien direct avec leur maladie de longue durée. S'ils n'avaient pas la polyarthrite, le diabète ou l'hypertension artérielle, ils ne présenteraient pas ce risque", a-t-il ajouté.

Dans d'autres cas, ces médicaments sont utilisés pour répondre à un effet secondaire du traitement de l'ALD, comme, dans un cancer, "tout ce qui est effet secondaire des chimiothérapies, notamment tout ce qui est trouble digestif", note Fabien Quédeville, président du syndicat de jeunes généralistes SNJMG.

"Ces troubles, on les traite et on les soulage avec des antivomitifs qui sont remboursés à 35% ou des antidiarrhéiques qui sont aussi remboursés à 35%", ajoute-t-il.

"Il y a aussi tout ce qui est recto-colite hémorragique, des maladies extrêmement invalidantes prises en charge à 100%. Quand un patient se plaint d'une diarrhée, on est bien obligé de lui donner un antidiarrhéique. Si ça n'est plus pris en charge par l'assurance maladie, ça pose quand même un problème", selon lui, alors que près de 8% des Français n'ont pas d'assurance complémentaire.

"Est-ce que les conséquences d'un traitement pour une pathologie à 100% font partie du traitement à 100% ou pas ? Déjà pour un médecin généraliste c'est un peu compliqué", indique pour sa part Claude Leicher, du principal syndicat de généralistes libéraux, MG France.

M. Leicher fait notamment allusion aux ordonnances "bizones", comportant une partie pour les médicaments et examens en rapport avec l'ALD, remboursés à 100%, et une autre partie relative aux autres traitements, remboursés au taux habituel.

En outre, souligne M. Aubart, "les contrôles de l'assurance maladie sont extrêmement pointus. Les généralistes sont convoqués, on ouvre leurs cahiers, on regarde".

M. Leicher regrette que la prise en charge à 100% devienne "parfois assez virtuelle". Ainsi, les patients atteints de "la maladie de Crohn ne sont pas des patients en permanence avec des traitements lourds, mais ils sont sans arrêt embêtés par des troubles digestifs".

"Ils vont avoir l'impression à juste titre que pour l'essentiel des traitements il ne sont pas à 100%". Mais, lors des crises aiguës, tous les trois ou quatre ans, "le médicament sera effectivement à 100%", a-t-il dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: La direction de l'Assurance-maladie présente jeudi un nouveau plan de redressement pour 2009   Jeu 26 Juin - 6:41

Par JeanMarie Godard AP - Mercredi 25 juin, 17h06

PARIS - La direction de l'Assurance-maladie présente jeudi son plan de maîtrise des dépenses pour 2009. La baisse du remboursement de certains médicaments pris en charge à 100% pour les patients en affection longue durée (ALD), le développement accru des génériques, des "efforts de productivité" pour les hôpitaux et un "plan de redressement" des plus déficitaires figurent notamment dans le document.


Selon la direction de l'Union nationale des caisses d'assurance-maladie (UNCAM), ce plan drastique devrait permettre une réduction des dépenses de près de 2 milliards d'euros en 2009. Selon la Commission des comptes de la Sécurité sociale, le déficit de l'Assurance-maladie devrait être de 4,1 milliards d'euros fin 2008.

L'UNCAM table sur un déficit réduit à 2,8 milliards d'euros en 2009, 1,4 milliard en 2010 et un retour à l'équilibre en 2011, selon le document dont l'Associated Press a obtenu une copie mercredi.

Le plan 2009 sera présenté jeudi après-midi au Conseil de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) où siègent les partenaires sociaux. Le Conseil se prononcera le 3 juillet, selon l'UNCAM.

La mesure la plus décriée, déjà connue et à l'origine d'un tollé général, concerne les patients dont les traitements sont pris en charge à 100% dans le cadre d'une affection de longue durée (ALD). Ainsi, le document prévoit notamment de "réserver la prise en charge à 100% aux seules prestations et produit en lien direct avec l'affection".

Le remboursement des autres médicaments dits "de confort", qui permettent notamment d'atténuer les effets secondaires de certains traitements, pourrait être réduit à 35% pour l'Assurance-maladie, le restant à charge étant "transféré aux organismes complémentaires". Tous les syndicats ont déjà fait savoir qu'ils s'opposeraient à cette mesure.

Par ailleurs, la direction de l'UNCAM projette de réduire la liste des ALD: "Une gestion rénovée de la liste des ALD devrait conduire à en réserver le bénéfice aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses, parallèlement au développement d'une prévention efficace des pathologies, notamment dans le domaine cardiovasculaire", stipule le texte.

C'est la Haute autorité de santé et l'Etat qui seraient chargés de faire "évoluer les critères du dispositif actuel", donc de déterminer la liste des maladies "véritablement longues et coûteuses".

Pour les patients en rééducation, la direction de l'UNCAM propose que la Haute autorité de santé soit chargée de définir "le nombre de séances souhaitables" selon les pathologies. Au-delà, soit le praticien devra pratiquer un prix réduit, soit les séances ne seront tout simplement plus remboursées, "sauf en cas exceptionnel dûment justifié, après accord d'un médecin conseil".

Cette mesure serait mise en oeuvre progressivement sur les années 2009 et 2010.

En ce qui concerne les prescriptions en général, la liste des médicaments non remboursables pourrait à nouveau s'allonger. Outre la poursuite du développement des génériques, l'UNCAM préconise en effet la mise en oeuvre d'une "procédure de concurrence" en la matière.

Des "appels d'offre" seraient ainsi lancés en direction des laboratoires "dans certains groupes de génériques dont les prix français sont plus élevés que les prix dans les autres pays européens".

Les laboratoires qui répondraient "devraient s'engager sur un volume et les lauréats seraient choisis en fonction des économies escomptées avec un prix de réserve", explique la direction de l'UNCAM qui précise: "Les 'perdants' seraient radiés de la liste des médicaments remboursables".

Enfin, les hôpitaux publics devraient être appelés à faire des "efforts de productivité interne, notamment à travers une évolution de l'organisation des soins, la recherche des traitements les plus efficients (...) ou une meilleure prise en compte des coûts externes".

La direction de l'UNCAM veut "inciter les établissements à intégrer les meilleurs pratiques et à aligner leurs coûts sur ceux des établissements les plus efficients". En outre, un "plan de redressement pour les 100 établissements (...) dont la productivité apparaît faible et dont la situation financière actuelle est très dégradée", pourrait être mis en oeuvre. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Les mutuelles contre les déremboursements de médicaments   Jeu 26 Juin - 6:44


Reuters - Mercredi 25 juin, 19h15
Jean-Pierre Davant, le président de la Mutualité française, se déclare opposé à une éventuelle baisse du remboursement des médicaments prescrits dans le cadre de certaines affections de longue durée (ALD) par la Sécurité sociale, telle qu'envisagée par l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam). /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard


Reuters - Mercredi 25 juin, 19h01

PARIS (Reuters) - Le président de la Mutualité française, Jean-Pierre Davant, s'est déclaré mercredi opposé à une éventuelle baisse du remboursement des médicaments par la Sécurité sociale telle qu'envisagée par l'Uncam.


Le directeur de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam), Frédéric van Roekeghem, a remis en cause le remboursement à 100% des remèdes traitant les affections de longue durée (ALD).

Cette hypothèse a provoqué une levée de boucliers du monde politique, du secteur médical et des organisations de défense des malades, à laquelle s'ajoute l'inquiétude des mutuelles.

"Ces possibilités ne sont pas les bonnes pour essayer de rééquilibrer les dépenses de l'assurance maladie et plus généralement de mieux dépenser l'argent des Français dans le domaine de la santé pour les soigner correctement", a déclaré Jean-Pierre Davant sur RTL.

"On inquiète là des malades qui sont atteints de pathologies graves lourdes, c'est vraiment inutile et excessivement maladroit", a-t-il estimé. "On inquiète et on ne règle rien, c'est du rapiéçage au bout du compte".

Selon Frédéric van Roekeghem, la prise en charge à 100% des ALD comme le cancer et le diabète, dont bénéficient actuellement 8 millions de malades, devrait être réservée "aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses", ce qui n'est notamment pas le cas des personnes souffrant d'hypertension artérielle ou de certains diabètes.

Ces dernières ne seraient plus remboursées qu'à 35% par la Sécurité sociale et le reste serait à la charge des mutuelles complémentaires.

Pour Jean-Pierre Davant, une telle éventualité provoquerait "bien sûr" une hausse des tarifs des mutuelles et des assurances privées.

"A partir du moment où on transfère des pans de dépenses qui sont pris en charge par l'assurance maladie obligatoire sur les mutuelles, ça a un effet automatique", a-t-il dit.

L'assurance maladie doit proposer jeudi un plan de redressement de 3,2 milliards d'euros en 2009. L'objectif est ramener le déficit de 4,1 milliards d'euros cette année à 2,8 milliards en 2009, alors que la "croissance naturelle" des dépenses conduirait à un déficit de 6 milliards.

Selon la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, le gouvernement tranchera "vers le 15 juillet" sur les propositions du directeur de l'assurance-maladie.

Elle a indiqué que son but était de "faire en sorte que les médicaments des personnes atteintes d'affections de longue durée par un moyen ou à un autre soient pris en charge à 100%".

Elizabeth Pineau, édité par Pascal Liétout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Nouvelle salve de critiques contre un déremboursement des longues maladies   Jeu 26 Juin - 6:45

AFP - Mercredi 25 juin, 20h04

PARIS (AFP) - L'idée d'une baisse de la prise en charge des traitements des personnes atteintes d'affections de longue durée (ALD) a suscité une nouvelle salve de critiques mercredi, en dépit des précisions apportées par le gouvernement.


Après les protestations de plusieurs députés de la majorité mardi, suscitées par cette proposition du directeur de la CNAM (Caisse nationale d'assurance maladie), c'est cette fois principalement la gauche qui est montée au créneau.

"Ce n'est pas un couac, ce n'est pas un ballon d'essai", a estimé l'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius. "C'est une remise en cause grave de la Sécurité sociale".

"C'est absolument scandaleux sur le plan humain, et puis sur le plan des principes c'est le début de la privatisation de la sécurité sociale", a renchéri le député PS Arnaud Montebourg, lors de l'émission "Questions d'info" de LCP/France Info/AFP.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot avait annoncé la veille que le gouvernement trancherait "vers le 15 juillet" sur les propositions pour réduire le déficit de la Sécurité sociale.

Mercredi sur RTL, puis devant la presse à la sortie du conseil des ministres, le ministre du Budget et des Comptes publics Eric Woerth s'est voulu rassurant.

L'idée, "c'est que tous les médicaments qui ne sont pas directement liés au traitement d'une affection longue durée (...) seraient pris en charge à 35% par l'assurance maladie", a précisé le ministre. "Mais pour le patient ça ne change rien" car en complément, "les mutuelles les prendraient à 65%".

"Nombre de personnes malades sont sans couverture complémentaire", a toutefois souligné Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF, citant "un tiers des séropositifs".

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, a jugé que le gouvernement veut attaquer "à coups de canif à plein d'endroits le système de la Sécurité sociale solidaire".

Arlette Laguiller (Lutte Ouvrière) a pour sa part qualifié le projet de "crapulerie de plus contre les plus démunis", tandis que la LCR s'insurgeait contre "une torpille sand doute téléguidée par le gouvernement Fillon".

Le Parti radical (associé à l'UMP) a également exprimé son "inquiétude", jugeant que "la solidarité doit jouer". Pour "améliorer l'efficacité de notre système de soins", il a néanmoins suggéré de s'interroger sur un retrait d'"une partie des pathologies de la liste des 32 affections longue durée".

"L'UMP fait confiance à Roselyne Bachelot et au gouvernement pour faire des choix justes, pour préserver la solidarité et l'accès pour tous à des soins de qualité", a pour sa part déclaré l'un des porte-parole du parti majoritaire, Frédéric Lefebvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le président de la Mutualité française contre le déremboursement des médicaments   Jeu 26 Juin - 6:45

AP - Mercredi 25 juin, 21h13

PARIS - Le président de la Mutualité française, Jean-Pierre Davant, a exprimé mercredi son opposition au projet de l'assurance-maladie de baisser le remboursement de certains médicaments pris en charge à 100% par la Sécurité sociale dans le cadre des affections de longue durée (ALD).


"Ces possibilités ne sont pas les bonnes pour essayer de rééquilibrer l'assurance-maladie", a-t-il déclaré sur RTL, joignant la voix des mutuelles à celles des politiques et des responsables du secteur médical contre ce projet.

"On inquiète là des malades atteints de pathologies graves, lourdes, et je pense que c'est vraiment inutile et excessivement maladroit", a-t-il estimé, se disant "un peu indigné par cette façon d'essayer de trouver des solutions".

Selon lui, "on inquiète et on ne règle rien. C'est du rapiéçage au bout du compte".

La veille, le directeur de l'Union nationale des caisses d'assurance-maladie (UNCAM), Frédéric Van Roekeghem, avait proposé de transférer aux mutuelles le remboursement à 100% des médicaments permettant d'atténuer les effets secondaires des traitements curatifs des patients en ALD. La "Sécu" ne rembourserait que 35%. Cette proposition a provoqué un tollé. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Maladies longue durée: le Conseil de la CNAM demande le retrait des propositions   Sam 28 Juin - 13:07

AFP - Jeudi 26 juin, 17h46

PARIS (AFP) - Le Conseil de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), dont le rôle est surtout consultatif, a demandé jeudi à l'unanimité que les propositions sur les affections de longue durée (ALD) soient retirées du plan d'économies proposé par le directeur.


Le directeur de la Cnam Frédéric van Roekeghem, nommé par le gouvernement, a proposé mardi un plan d'économies comportant notamment une baisse du remboursement de 100% à 35% des médicaments à vignette bleue (dits "de confort"), pour les malades atteints d'ALD (comme le cancer ou le diabète).

Le Conseil, composé notamment des partenaires sociaux et des mutuelles, a estimé, dans un communiqué, que "la question de l'évolution de notre système de santé et de son financement doit s'appuyer sur un débat de fond du Conseil dans des délais raisonnables, en particulier sur la question des ALD".

"Dans ces conditions le Conseil demande, à l'unanimité des ses membres, que les propositions (...) relatives aux ALD soient retirés de la note relative à l'équilibre des charges et produits pour 2009".

Le Conseil se dit "soucieux d'éviter que les dettes de l'assurance maladie continuent à être transférées sur les générations futures" et rappelle son "attachement au fondement solidaire de l'assurance maladie".

L'idée d'une baisse de la prise en charge des traitements des personnes atteintes d'ALD et d'un "transfert" d'une partie de leurs remboursements vers les mutuelles ou assurances privées, a suscité une avalanche de critiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Déremboursement des longues maladies: l'assurance maladie retire ses propositions   Sam 28 Juin - 13:07

AFP - Vendredi 27 juin, 11h53

PARIS (AFP) - La direction de l'assurance maladie retire de sa proposition de plan d'économies toutes les mesures concernant les affections longues durées (ALD), qui avaient provoqué une vive polémique, a-t-on appris vendredi auprès de la Caisse nationale d'assurance maladie.


"A la suite de la demande du conseil de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), le directeur a décidé de retirer les mesures concernant les ALD des propositions concernant 2009", a indiqué la Cnam à l'AFP, confirmant une information parue vendredi dans la Tribune.

Le directeur de l'Union nationale des Caisses d'assurance maladie (Uncam), Frédéric van Roekeghem, avait proposé mardi un plan d'économies au gouvernement pour 2009, comportant notamment une baisse du remboursement par la Sécu de 100% à 35% des médicaments à vignette bleue (dits "de confort") pour les malades atteints d'ALD (comme le cancer ou le diabète).

Il proposait que les 65% restant soient pris en charge par les complémentaires santé. Le plan prévoyait également une révision de la liste des maladies considérées comme des ALD. Après une vive polémique, le conseil de la Cnam, composé notamment de partenaires sociaux, avait demandé jeudi à l'unanimité que ces propositions soient retirés du plan.

Le ministre du Travail Xavier Bertrand a pour sa part exclu vendredi matin que le gouvernement revienne sur la prise en charge à 100% par la Sécurité sociale des affections de longue durée (ALD), laissant entendre que le directeur de l'assurance maladie était lui-même revenu sur sa décision.

"Il n'est pas question de revenir sur la prise en charge à 100%", a déclaré M. Bertrand, lui-même ancien ministre de la Santé, sur Europe 1. "D'ailleurs j'ai vu que la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) avait eu un débat et que la direction générale était semble-t-il revenu sur sa décision, tant mieux", a-t-il ajouté. "La vocation d'un système de santé est bien évidemment d'être aux côtés des plus malades", a-t-il poursuivi.

Pour autant, M. Bertrand a souligné qu'il n'était pas question de s'arrêter dans la lutte contre le déficit de la Sécurité sociale, "parce qu'il n'est pas question de laisser rembourser les dettes par nos enfants". "Il faut donc maintenant un nouveau plan, avec des nouvelles mesures. Eric Woerth (Budget et comptes publics) et Roselyne Bachelot (Santé) le font avec beaucoup de ténacité et courage", a ajouté M. Bertrand.

Le gouvernement doit en principe se prononcer à la mi-juillet sur ce plan d'économies, qui porte par ailleurs sur la maîtrise des prescriptions médicales et sur les prix des médicaments.

Mais le conseil de la Cnam, composé notamment des partenaires sociaux et des mutuelles, a demandé jeudi à l'unanimité que les propositions sur les affections de longue durée soient retirées du plan d'économies proposé par le directeur, ce qui pourrait repousser son examen par le gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Affections longues: l'assurance maladie retire ses propositions   Sam 28 Juin - 13:08

Reuters - Vendredi 27 juin, 15h06

PARIS (Reuters) - La direction de l'assurance maladie a décidé de retirer de son plan d'économies pour 2009 les mesures concernant les affections de longue durée, notamment la baisse de 100% à 35% du remboursement des médicaments dits de "confort", un projet qui avait suscité un tollé.


"Le conseil, à l'unanimité, a demandé au directeur de retirer cette mesure de proposition pour 2009, et le directeur a donc retiré immédiatement ces propositions", a déclaré sur RTL Michel Régereau, président du conseil de la caisse d'assurance maladie.

"Le conseil a souhaité qu'il y ait un débat de fond sur l'organisation du système de soins et le mode de prise en charge" tout en soulignant "que ça ne pouvait pas se faire de cette manière et que l'idée de transférer, sans aucun débat, sans aucune préparation, vers les complémentaires n'était pas une bonne mesure", a-t-il expliqué.

"Le conseil a insisté plutôt sur une meilleure organisation du système parce qu'il y a des marges d'amélioration à moindre coût qui sont possibles. C'est ça notre priorité", a-t-il ajouté.

Le dispositif visant les ALD "concernait 250 millions d'euros et les dépenses de l'assurance maladie sont de l'ordre de 160 milliards, donc il y a d'autres domaines où l'on peut faire des économies", a estimé Michel Régereau.

"Il y a sûrement aussi nécessité de recettes puisque, pour cette année, le gouvernement avait donné des recettes exceptionnelles, donc il faudrait qu'il renouvelle ses recettes exceptionnelles", a-t-il précisé.

Frédéric van Roekeghem, directeur de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam), préconisait une baisse du remboursement par la Sécurité sociale, de 100% à 35%, des médicaments à vignette bleue ("de confort") pour les malades atteints d'affections de longue durée, comme le cancer ou le diabète.

Les 65% restants auraient été pris en charge par les complémentaires santé.

Ces propositions, qui prévoyaient également une révision de liste des ALD, ont été vivement dénoncées par l'opposition de gauche, mais aussi des élus de droite, les syndicats, des organisations de praticiens et de malades. Le gouvernement avait alors assuré que le principe de solidarité ne serait pas remis en cause.

"Il n'est pas question de revenir sur la prise en charge à 100%", a réaffirmé Xavier Bertrand vendredi matin sur Europe 1.

"La vocation d'un système de santé, c'est d'être bien évidemment aux côtés des plus malades, c'est aussi l'ancien ministre de la Santé qui vous le dit", a dit le ministre du Travail.

Thierry Lévêque et Sophie Louet, édité par Pascal Liétout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Nounouch
Blond Power!!!!!!
Blond Power!!!!!!
avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 37
Localisation : Loiret
Emploi/loisirs : Blonde serial killeuse!
Humeur : Pendant que certains jugent je fleuris ta tombe...
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: La Sécu fait marche arrière après le tollé sur les maladies longue durée   Sam 28 Juin - 13:09

Par Cédric SIMON AFP - Vendredi 27 juin, 15h49

PARIS (AFP) - Après des critiques de toutes parts, le directeur de l'assurance maladie a finalement retiré de son plan d'économies ses propositions d'une moindre prise en charge des affections de longue durée (ALD), tandis que le gouvernement tente d'enrayer la polémique.


Le directeur de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), Frédéric van Roekeghem, avait présenté mardi dans les Echos un plan, dont un volet sur les ALD (cancer, diabète, sida, etc) a suscité l'indignation des syndicats, associations, médecins et politiques, y compris de la majorité.

Un dernier coup de boutoir l'a contraint jeudi à faire marche arrière: le conseil de l'assurance maladie, instance politique de l'institution, composée notamment de partenaires sociaux et des mutuelles, a demandé "à l'unanimité des ses membres" le retrait des propositions sur les ALD.

Le conseil, qui doit se prononcer le 3 juillet sur l'intégralité du plan, a déploré avoir été informé par la presse sur un sujet aussi sensible et réclamé "un débat de fond" au directeur de la Cnam, nommé par le gouvernement.

M. van Roekeghem a donc décidé de "retirer les mesures concernant les ALD de ses propositions", a indiqué vendredi la Cnam, confirmant une information de la Tribune.

Il proposait, pour les patients en ALD, de baisser le remboursement par la Sécu des médicaments à vignette bleue ("dont le service médical n'a pas été reconnu comme majeur") de 100% à 35%, comme c'est déjà le cas pour les autres assurés. Les 65% restants auraient été pris en charge par les complémentaires santé, lesquelles ont d'ailleurs toutes dénoncé cet éventuel transfert.

Actuellement, les près de 8 millions de patients en ALD bénéficient d'une prise en charge à 100% par la Sécu pour toutes les dépenses liées à leur pathologie.

Le plan recommandait également une révision du dispositif pour en "réserver le bénéfice aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses".

Ces mesures, qui devaient représenter une économie de 250 millions d'euros, s'inscrivaient dans un ensemble de propositions représentant 3 milliards d'économie en 2009, alors qu'en 2008 le déficit de l'assurance maladie est prévu à 4,1 mds d'euros.

Le gouvernement, qui pourra piocher à sa guise dans ces suggestions pour préparer le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2009, devrait se prononcer à la mi-juillet. Mais il a tenté d'éteindre la polémique sans attendre.

"Il n'est pas question de revenir sur la prise en charge à 100% des malades atteints d'ALD, que ce soit pour les traitements qui sont le coeur de cible de la maladie, ou pour les médicaments appelés indûment de confort", a déclaré jeudi la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, s'est lui félicité vendredi du retrait par la direction de la Cnam des propositions sur les ALD.

Il n'en demeure pas moins que la réforme des ALD, qui concentrent plus de 60% des dépenses de l'assurance maladie et qui vont peser encore davantage avec le vieillissement de la population, est dans les tuyaux du gouvernement.

Mme Bachelot avait indiqué en mars réfléchir à "des mesures de régulation des dépenses" dans ce secteur.

Nicolas Sarkozy avait été plus direct en septembre dernier, déplorant des dépenses qui "dérapent chaque année de manière parfaitement incontrôlée".

"Concernant les affections de longue durée, je souhaite que nous concentrions nos efforts sur la prise en charge de ce qui est essentiel", avait-il ajouté.





pompom pompom pompom pompom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doumie.wowjdr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maladies longue durée: la fin du remboursement à 100% des médicaments envisagée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maladies longue durée: la fin du remboursement à 100% des médicaments envisagée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Stock] Conservation longue durée en sacs mylar avec absorbeur de dioxygène
» recherche chantier longue durée et camping possible (tente)
» Faire ses bougies de survie longue durée soi même
» montres simples avec tres longue durée de vie des piles
» Hibernation pour courte et longue durée....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doumie :: Au quotidien :: Santé-
Sauter vers: